L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Aller en bas

L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Invité le Ven 7 Aoû - 15:17

L’air tiède de ce début d’été accueillait les premières chaleurs des beaux jours. Debout près de l’entrée, Sebastian observait calmement la vie endormie du jardin. Le soleil se couchait lentement à l’horizon, parsemant le ciel de vives couleurs chaudes.
Il ne put retenir un soupir désolé. L’arrivée des hautes chaleurs d’été ne le dérangeait pas, il aimait être à son aise sous un soleil de plomb. Mais le sommeil de son jeune maître le préoccupait ; ses nuits n’étaient guère sereines, ponctués de cauchemars violents et de crises d’angoisse. Et le rapide changement de température allait pour sûr ajouter à l’agitation du sommeil de son jeune maître.
Il avait maints fois essayé de calmer les nuits de monsieur par divers thés et arômes, mais rien n’y avait fait. De plus, son jeune maître n’aimait pas avouer sa faiblesse nocturne, ses moments d’évasement où, le visage trempé de sueur, et les yeux embués de larmes, il appelait Sebastian pour rester à ses côtés. De ce fait, il n’acceptait aucune aide.
Le majordome leva les yeux au ciel, se préparant de nouveau à passer la nuit auprès de son jeune maître.
Il rentra rapidement à l’intérieur du manoir, se dirigeant vers la cuisine afin de préparer le thé de son jeune maître. Il monta dans les appartements de monsieur, l’apercevant dans son bain. Il lui restait neuf minutes pour débarrasser son bureau de la paperasse, fermer les rideaux du premier étage, délivrer les dernières directives aux trois domestiques, avant de ne rejoindre son jeune maître afin de l’essuyer de le conduire dans son lit. Il lui proposerait alors un nouveau thé, en provenance du Japon, connu pour ses bienfaits soporifiques et sa senteur apaisante.
Sebastian exécuta en sept minutes tout ce qu’il devait entreprendre, ayant même eu le temps d’assouvir une fantaisie sur un rosier qui ne le plus plaisait plus.
Parfait, il l’était.
Tout comme ce qu’il entreprenait.
Il ne pouvait se permettre quelques imperfections si cela pouvait froisser l’humeur de son jeune maître. De ce fait, il s’était rapidement accoutumer à donner le meilleur de lui-même dans chaque situation.
Il regarda sa montre à gousset ; il ne lui restait plus que quarante secondes.
Un courant d’air parcouru le manoir, froid et habile, se stoppant à la porte de la salle de bain. Sebastian attendit patiemment que la voix de son jeune maître ne l’interpelle, pouvant ainsi pénétrer la pièce intime de monsieur. De sa démarche souple, de son regard dédaigneux, de son sourire amusé, le majordome accueillit la mauvaise humeur de son jeune maître. Ses précédentes nuits avaient été pour lui bien éreintantes, et son humeur en avait subit les effets.
Son jeune maître posa sur lui ses yeux durs et fatigués. Sebastian s’empara d’une serviette noire, pliée soigneusement par ses soins aux pieds de la baignoire.
Sans un mot, il attrapa la fine taille de son maître pour l’aider à sortir de son bain, frottant doucement contre sa peau tiède le morceau de tissu. Aucun mot ne semblait vouloir briser la routine de leurs soirées, seuls quelques regards se rencontraient et se fuyaient.
Sebastian ne prit pas la peine de raccrocher le bandeau sur l’œil de son jeune maître, l’habillant simplement d’une ample robe de nuit blanche et transparente.
Séché et habillé, le jeune maître mena la marche jusqu’à sa chambre, le silence familier suivant leurs pas. Le majordome ouvrit la porte face à monsieur, le laissant entrer et s’installer de lui-même dans ses draps blancs. Son jeune maître affectait beaucoup cette couleur, aimant à la retrouver autour de lui. Ce n’était pas pour rien que chaque matin Sebastian allait cueillir une rose blanche pour en décorer le plateau de son jeune maître.
Il se courba modestement au seuil de la chambre, faisant ainsi comprendre à son jeune maître qu’il allait chercher son thé. Il ne reçut aucune réponse.
Sebastian redescendit en un souffle aux cuisines, remontant à la même vitesse dans les appartements de son jeune maître.
Il toqua poliment à la porte entrouverte, puis entra sans permission, sachant pertinemment ce qu’il trouverait une fois le seuil passait.
Le majordome posa son plateau sur une petite table de bois près de la porte, servant dans une tasse de porcelaine quelques gouttes du breuvage. L’odeur s’immisça avec douceur dans la chambre, donnant à l’atmosphère une plaisance singulière et une intimité plus marquée. Sebastian leva les yeux vers son maître, et lui demanda en un sublime sourire ;

« Désirez-vous une tasse de thé, jeune maître ? »


Dernière édition par Sebastian Michaels le Mar 11 Aoû - 21:22, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Ciel Phantomhive le Sam 8 Aoû - 11:03

Une journée tout à fait normale...Voilà ce à quoi avait eut droit le jeune comte. Il avait espéré que son majordome n'avait pas remarqué son état quelques peu "pitoyable" à son goût. Lui qui n'aimait pas prouver ce genre de sentiments inutiles, le voilà qu'il avait eut une sorte de crise d'angoisse pendant la nuit et sans doute que Sébastian avait tout remarqué. Après tout il était loin d'être stupide...

Mais finalement le jeune comte avait décidé de faire comme si de rien n'était, les gestes anodins des journées précédentes se répétaient aussi aujourd'hui. Pas de nouvelles missives de la reine, pas de meurtres en ville qui méritaient l'attention du comte Phantomhive, et tout ce passait pour le mieux dans l'usine de jouets. C'était peut être bien pour cela que le jeune garçon s'inquiétait d'avantage de ses rêves que d'autre chose, car il n'y avait aucune distraction pour l'empêcher de penser aux fantômes du passé. Même Madame red n'était pas passée chez lui pour une petite partie aux échecs comme il les aimait tant.

C'est donc ainsi qu'il se retrouva dans son bain chaud, se prélassant comme un chat près d'une cheminée. De temps à autres il se souvenait d'une phrase qui lui plaisait bien, bien que cela n'avait aucun rapport avec sa journée plus ennuyante qu'à l'accoutumée: Abandonne tout espoir toi qui entre ici. Cela lui faisait penser que lui même ne connaissait pas vraiment le mot espoir...Lui qui n'avait pas de futur. Un soupire discret traversa à ce moment là le seuil de ses lèvres, alors que de temps à autres il observait les passages éclair de son majordome...Il était vrai qu'il le trouvait plutôt doué pour...Tout en fin de compte. Tâches ménagères entre autres, ce démon savait vraiment tout faire, mais après tout ce n'était pas si étonnant que ça.

Finalement, quand il vit son majordome arriver, il sortit sagement du bain en se laissant donc sécher et habiller, bien qu'il essayait tant bien que mal de retenir de temps à autres de faibles rougeurs qui venaient orner ses joues, sur ce coup là ce fut difficile, il ne connaissait même pas les raisons qui le poussaient à rougir faiblement, du coup il ignora cela tout simplement.

Encore une fois le majordome avait finit par s'éclipser, ne laissant derrière lui qu'une légère brise froide, ce qui eut pour effet de faire nier le jeune comte qui s'effleura ensuite un peu la tempe du bout des doigts....Au lieu d'aller attendre le retour du démon devant la fenêtre, il alla se placer au bord du lit, assis en laissant pendouiller quelques peu ses petites jambes frêles. Il fixait le sol jusqu'à ce qu'il entende revenir son majordome, l'odeur du thè remplissant bien vite la chambre du comte...Il fixa donc finalement son majordome, retenant un léger froncement de sourcils. A dire vrai il n'avait pas vraiment envie de thé sur ce coup là, il n'était pas non plus fatigué malgré les heures de sommeil manquantes.

-Non, A dire vrai je préférerais faire quelque chose. Je n'ai pas sommeil, j'ai besoin d'une distraction.

Ce qui ne voulait pas forcément dire "fait le bouffon pour moi" surtout parce que cela risquait de l'ennuyer plus qu'autre chose. Il se plaça un peu mieux sur son lit, sans quitter des yeux son majordome. Il se demandait comment c'était possible que dans une ville ou le crime avait toujours été si présent, le calme plat régnait à présent.

-Je sais qu'il est tard mais, cela me semble bien trop étrange de ne pas recevoir des missives de la reine depuis un moment déjà. Qu'en penses-tu Sebastian?

Pour une fois qu'il lui demandait son avis sur quelque chose du genre...

_________________
Hurt you slowly
But so surely
I don't know why
Love you so much

avatar
Ciel Phantomhive

Messages : 165
Date d'inscription : 04/08/2009

Feuille de personnage
Age: 12 ans.
Thème musical: https://www.youtube.com/watch?v=ZZUeMcbrJ3U&NR=1
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Invité le Mar 11 Aoû - 22:23

Sebastian attendait patiemment à côté de la petite table, son sourire étincelant aux lèvres, une tasse de thé fumante à la main. Il baissa lentement les yeux vers son jeune maître, assis au bord du lit à fixer le sol. Cette attitude n’était pas naturelle venant de monsieur Phantomhive. Ainsi le sourire du majordome s’agrandit-il, se demandant quel pouvait être la nouvelle fantaisie de son maître pour changer la routine de la soirée. Il voulut s’approcher du lit, lorsque son jeune maître lui répondit ;

« Non. A dire vrai, je préférerais faire quelque chose. Je n'ai pas sommeil, j'ai besoin d'une distraction. »

Monsieur désirait une distraction ? Le sourire de Sebastian s’éternisait sur ses lèvres, se crispant en un rictus moqueur. Il avait parfois l’impression de faire bien plus que les simples fonctions d’un majordome ! Mais il ne m’en se formalisait, puisqu’enfin, il venait de l’Enfer, la meilleure entreprise qui soit. Il sourit à cette idée. Il ne pouvait cesser de penser qu’il était parfait en tout point.

Il réfléchit donc à une méthode de distraire l’ennui de son jeune maître. Peut-être désirerait-il autre chose qu’un thé ? Il pourrait lui confectionnait une nouvelle pâtisserie, sans sucre pour ne pas déranger le fragile sommeil de son jeune maître. Voulait-il qu’il appelle quelqu’un dans ses appartements ? Il pourrait faire venir les meilleures maîtresses de Londres, connues pour leur charme irrésistible et leurs performances développées. Il pourrait tout autant faire venir un conteur de la rue, ou un chanteur nomade ! Non, cela ne conviendrait pas au bon goût de son jeune maître.

Quoique monsieur désirerait, Sebastian l’exécuterait avec perfection et bon goût. Puisqu’enfin, si un majordome de la famille Phantomhive ne pouvait pas être doué en tout, que feraient-ils ? Il attendait la requête du jeune garçon, qui se replaça plus confortablement sur les draps clairs, le fixant de son sombre regard d’enfant. Sebastian ne le quittait pas des yeux non plus, soutenant son regard, s’imaginant ce qui pourrait satisfaire la nouvelle envie de son jeune maître. La pâtisserie lui semblait néanmoins la meilleure option à envisager.

« Je sais qu'il est tard mais, cela me semble bien trop étrange de ne pas recevoir des missives de la Reine depuis un moment déjà. Qu'en penses-tu Sebastian ? »

Il était tard de plusieurs minutes. Le majordome possédait cette fâcheuse manie d’accorder à l’heure sa plus grande attention. Son jeune maître devrait déjà être couché. Il ne respectait pas les horaires. Mais puisque son maître ne le désirait pas, Sebastian n’avait rien à dire. Puisqu’après tout, il n’était qu’un simple majordome des enfers.

Il avait écouté les paroles de son jeune maître d’une oreille attentive, mais fut quelque peu déçu du peu d’importance de la distraction. Une simple discussion où monsieur parlait une nouvelle fois de meurtres et de sa tendre Reine. Arriverait-il jamais à penser à autre chose qu’aux affaires policières et aux bénéfices de la famille Phantomhive ? Sebastian sourit encore, de cet air si détestable de démon indifférent. Il n’en avait que faire de l’état mental de son jeune maître. S’il décidait de faire de sa vie d’enfant celle d’un adulte préoccupé, cela ne le regardait pas.

Il réfléchit donc à la question. Bien sûr, son moment de réaction fut pour son jeune maître instantané, puisqu’un majordome de l’enfer réfléchissait beaucoup plus vite qu’un maître humain. Il ne trouvait aucun avis à donner. Que pouvait-il bien penser de ces affaires ? Son seul but était de satisfaire son jeune maître. Non pas de penser sur la stupidité humaine qui pousse à l’irréparable chez cette race éphémère. Alors il répondit en conséquence, déclarant ce qui ferait plaisir à son jeune maître d’entendre ;

« Ce fait est étrange, vous avez raison. Mais vous n’êtes pas le seul à servir sa Majesté, jeune maître. Elle pense peut-être à vous en vous accordant quelques temps de répit, et en délivrant ses missives à d’autres. Mais soyez sûr que si sa Majesté pensait que quelques faits trop étranges se déroulaient sur ses terres, c’est vous qu’elle préviendrait. Puisqu’enfin, vous êtes son plus fidèle et efficace serviteur. »

Sebastian pensa naïvement que la Reine pouvait être la cause des tourments nocturnes de son jeune maître. Il tut vite cette pensée, connaissant parfaitement ce qui troublait ses nuits. Il continuait d’observer le jeune garçon, mais sans posant réellement le regard sur lui. Il sourit machinalement à la fin de ses mots, attendant la réaction de son jeune maître pour savoir s’il avait pu le distraire selon son bon vouloir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Ciel Phantomhive le Mar 11 Aoû - 23:07

Cet air je m'en foutiste, ce sourire qui en soit incitait presque au meurtre, c'était cela qui exaspérait de plus belles le jeune comte Phantomhive qui faisait déjà une moue pour prouver son encore léger mécontentement. Bien que Sebastian faisait tout pour se rendre agréable, Ciel avait presque l'impression de pouvoir lire dans l'esprit de cet être démoniaque comme dans un livre ouvert...Et pourtant rares étaient les fois où Sebastian n'avait pas fait preuve d'intérêt à son égard et à l'égard de tout ce qui l'entourait, autant son but ultime comme ses affaires courantes et tout le reste. Depuis quand tout cela avait changé? Il soupira lourdement en fixant son majordome alors qu'il se relevait lentement, enfilant ses pantoufles d'un geste lent et presque calculé. Bien qu'il avait entendu sa réponse et qu'il l'avait bel et bien prise en compte, cela ne l'avait pas empêché de faire comme si il n'avait rien entendu...Il savait bien que dans la petite tête du démon c'étaient plutôt des questions concernant l'amusement qui se battaient en duel. Et mine de rien il avait déjà l'impression de savoir le genre de solutions que le majordome concoctait en silence...

Il avança alors vers sa commode, ouvrant un des tiroirs lentement pour en sortir quelques affaires. Sa mauvaise humeur se faisait presque palpable, il était évident que ce comportement le contrariait plus qu'autre chose...Il retira donc sa chemise de nuit lentement, d'une lenteur presque calculée, avant d'enfiler ses vêtements. Pour le moment il n'avait pas de soucis, cette partie là de l'habillage était simple...Mais une fois les chaussettes mises en place, le problème étaient les...fichus lacets...Il prit donc sa paire de chaussures et s'avança jusqu'au lit pour les enfiler, regardant ensuite les lacets avec une pointe de désespoir, enfin c'était une façon de parler...Il releva donc le regard vers son majordome, le fixant quelques peu. C'était une façon comme une autre de lui dire de faire ses lacets.

Pendant ce long moment il n'avait rien dit. Aucun mot n'avait été prononcé, faisant planer un silence lourd et presque étouffant. Le Sebastian auquel il s'était attaché depuis le temps, semblait ce soir avoir quelques peu disparut...Cet intérêt qu'il lui portait semblait s'être envolé et avouons que d'un coter, cela en était plus que frustrant pour le jeune comte qui ne l'avouerait jamais de vive voix. Cependant, un ènième soupire traversa le seuil de ses lèvres alors qu'il fixait son majordome, c'était cela sans doute qui indiquait le début de la tirade. Et c'était bel et bien ça.

-Je vais sortir. Seul. Je pense que tu as des choses à faire et je sens que tes façons de me divertir risqueraient de me dégoûter plus qu'autre chose.

Il avait été pas mal froid sur ce coup là...A dire vrai c'était juste l'habituel rapprochement subtile entre lui même et son majordome qui lui manquait quelques peu...Subtile, oui c'était le mot, mais il avait toujours été présent, existant, cette ambiguïté chaude et agréable que tout le monde percevait en les regardant et qui là semblait être partie en fumée. Il aurait eut besoin de ça, de cette chaleur invisible et réconfortante qui faisaient que ses soucis n'avaient plus lieu d'être même dans les jours les plus sombres. A ce moment là même la pensée la plus improbable qui soit, vint lui traverser l'esprit. Vous vous demandez sûrement quelle était cette pensée n'est ce pas? Et bien je vais vous la dire mot pour mot, et interdit d'en rire: "Même divertir L'undertaker, est plus agréable en cette soirée que le gouffre qui nous sépare mon démon et moi..."

"Mon"...Ce mot qu'il avait utilisé inconsciemment n'était peut être pas le bon. Bien que si...Laissons de côté les questions futiles, et d'ailleurs la pensée qu'il avait eut concernant l'undertaker lui avait donné une bonne idée. Il était certes tard, mais sans doute que cet homme étrange aurait des nouveautés concernant les crimes à lui faire parvenir. Il avait toujours quelque chose à raconter lui...

-Prépare mon carrosse.

Mais en à peines deux minutes top chrono il se rendit compte qu'il agit tout de même de façon un peu impulsive...Il se stoppa net dans son élan, reprenant calmement son souffle et restant assis au bord du lit. Se décidant finalement à regarder de nouveau son majordome.

-Tu as peut être raison...Il me suffit d'attendre calmement...Mais j'avoue que ton comportement actuel me tracasse tout autant que la situation...

_________________
Hurt you slowly
But so surely
I don't know why
Love you so much

avatar
Ciel Phantomhive

Messages : 165
Date d'inscription : 04/08/2009

Feuille de personnage
Age: 12 ans.
Thème musical: https://www.youtube.com/watch?v=ZZUeMcbrJ3U&NR=1
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Invité le Mer 12 Aoû - 21:19

Sebastian effaça rapidement son sourire. Il n’en avait plus envie. Que lui arrivait-il donc ? Il avait été stupide de penser ainsi. Le monde aurait-il sur lui aussi son importance ? Il ne comprenait pourquoi il se comportait avec tant de dédain et d’indifférence. Pourquoi ne trouvait-il pas attractif cette nouvelle soirée, changée de l’habitude ? Il fatiguait à vivre parmi les humains, il se laissait atteindre par leurs plus amers sentiments. Comment pouvait-il oser se comporter de la sorte avec son tendre maître ? Il se perdait dans ses propres reproches.

Son jeune maître exposa son projet de sortir, seul qui plus est, après s’être vêtu par lui-même. Il attendait, les jambes pendantes, l’air mécontent. Sebastian se sentait quelque peu mal à l’aise ; il avait froissé l’humeur de monsieur, alors que celui-ci lui accordait de l’importance et lui demander d’être rassurer sur ce qui le tracassait. Il ne l’avait pas satisfait, et avait mal calculé la requête. Comme si son attitude humaine n’était plus en cette chaude soirée, et qu’il redevenait bestial et sans attache.

Le majordome avait suivi la mauvaise démarche pour aborder son jeune maître. Ce soir, il pouvait avouer avoir été incapable. Mais incapable à la perfection. Le thé qui continuait de diffuser sa douce odeur lui agressa les nerfs, à miroiter avec joie dans sa tasse de porcelaine. Il la reposa avec humeur sur le plateau. S’il n’avait pas été un majordome de l’enfer, il aurait juré se détester.

Il voulut présenter ses excuses à son jeune maître, prendre congé pour réfléchir à sa mauvaise conduite, et se permettre de revenir près de lui le jour suivant, l’esprit en ordre, docile et de nouveau attentionné pour son seigneur. Il avait manqué à ses services pour ce soir…il tapota durement sur sa veste pour l’aplanir de tout pli gênant. La chaleur pouvait-elle lui faire tourner les idées à son tour ? Il voulait s’en convaincre. Sebastian avait ce soir oublié le plus important ; les sentiments sont la base de toute relation, entre hommes. Il se devait, en tant de majordome de la famille Phantomhive, de délivrer ses plus grands sentiments à son jeune maître. Et ce soir, il avait failli.

Il espérait que son erreur pourrait être réparée. Il ne pouvait se résigner à laisser son jeune maître partir sans avoir pu se faire pardonner son insolence de majordome démoniaque. Qu’il était difficile d’être parfait tout en maintenant une relation aussi étroite avec un homme ! Il se força à sourire de nouveau, afin de ne pas ajouter au côté sordide de l’atmosphère. Son jeune maître le toisait, semblant troublé de son comportement. Il demanda à ce que son carrosse soit avancé. Sebastian prit cela pour une invitation à le laisser seul. Une certaine crainte lui prit au ventre ; il ne devrait pas laisser monsieur sortir à une telle heure. Mais ne pouvant objecter, se soumettant aux envies de son jeune maître, il persista à garder le silence. Il le surveillerait de loin.

Monsieur Phantomhive se leva soudainement, prêt à partir, mais se stoppa dans son élan, retombant doucement au bord du lit. Sebastian se permit un soupir de soulagement. Son jeune maître n’allait pas tenter le diable. Peu importe les horaires, tant qu’il ne cherchait pas à tout va de quoi attenter à sa vie en défiant des dangers inutiles.

« Tu as peut être raison... Il me suffit d'attendre calmement... Mais j'avoue que ton comportement actuel me tracasse tout autant que la situation... »

Sebastian tiqua à la remarque de son jeune maître. Il l’inquiétait donc ? Il se permit un sourire sincère. Oui, l’humain était surprenant dans sa folie. Et monsieur Phantomhive l’était beaucoup plus que la plupart des gens du peuple, ponctuant ses humeurs d’un courage surprenant et d’une maturité touchante lorsqu’elle se voyait ainsi troublé par ses tendres sentiments. Le majordome retrouva tout son goût pour son jeune maître, prenant un soudain plaisir à appréhender la suite des évènements.

Il se baissa modestement, un genou posé au sol, tirant une élégante révérence pour le seul être qui lui importait dans ce monde. Il espérait calmer les craintes de monsieur, lui enlevant toute envie de sortie, et restait à ses côtés lors d’une nouvelle nuit… Il déchaussa alors son jeune maître, par instinct, afin de le mettre plus à l’aise et le décontracter un tant soit peu. Il se releva prestement, allant ranger les talons de monsieur Phantomhive, puis se repositionnant devant lui, à sa hauteur, le regardant de nouveau. Il déposa sur sa main un chaste baiser, signe de son plus profond dévouement.

« Jeune maître, vous me désolait à penser ainsi. Je vous prie de m’excuser mon attitude indécente, la journée fut…éprouvante, et la chaleur ne m’est pas agréable. Je vous présente mes plus humbles et sincères excuses, et vous supplie de pas sortir à une telle heure. Ce serait irraisonné. Pourquoi ne pas continuer à discuter ? Puis-je vous être utile en quoi que ce soit ? »

Sebastian leva les yeux vers son jeune maître, lui adressant son éternel sourire bienveillant. Il avait été dur avec un enfant, qui plus est son cher et tendre maître. Il devait y remédier.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Ciel Phantomhive le Mer 12 Aoû - 22:12

Les choses s'étaient passé trop vite au goût du jeune comte qui avait finit par calmer ses ardeurs. Peut être que la chaleur de la soirée ne l'aidaient pas non plus à garder son calme habituel, puisque tout le monde sait que les humains sont beaucoup plus irritables quand la chaleur en est a son comble comme ce soir là, malgré les nuages orageux qui se rapprochaient de plus en plus du manoir. Il ne quittait pas des yeux son démoniaque majordome, observant le moindre de ses gestes tout autant que le moindre de ses sourires qui cette fois-ci ne l'énervèrent pas du tout. Toute envie de sortie nocturne avait finit par quitter son jeune esprit...Surtout une fois qu'il sentit les mains de Sébastian, ses doigts longs et fins dignes du meilleur des pianistes, retirant ses chaussures. Bien entendu le chaste baiser ne lui avait pas non plus échappé, seulement à ce moment là il se demandait comment se déroulerait cette soirée qui avait tout de même mal débuté.

Il avait écouté ses mots, pour ne pas dire qu'il avait bu avidement la moindre de ses paroles sans penser à l'interrompre. Un soupire lourd se fit encore entendre alors qu'il fixait Sébastian. Il aurait préféré ne pas lui montrer son inquiétude à ce sujet. Cela n'était pas franchement dans ses habitudes, mais ça avait été plus fort que lui sur ce coup là. Il avait agit comme quelqu'un d'impulsif alors que sa nature était clairement réfléchie, prenant toujours le temps de bien peser ses mots tout autant que ses agissements.

-N'y pensons plus veux-tu...Je crois que l'on donne trop d'importance à des choses futiles. Tout bien réfléchit je ne vois pas l'utilité de sortir si tard le soir et de m'exposer au danger. Cela n'apporterait que de la satisfaction a un de nous deux.

Quand il disait cela il faisait référence à la fin du contrat. Quoi que si il mourrait avant que le contrat soit accomplit, Sébastian ne recevrait sans doute pas son dû. Il vint alors doucement se masser les tempes en écartant légèrement les cuisses, fermant son oeil visible quelques peu avant de prononcer d'une voix quelques peu froide:

-Déshabille moi...On trouvera bien quelque chose à faire. Une partie aux échecs peut être? Où devrais-je répondre aux lettres des aristocrates qui sont en attente...?

Il avait finit par se replacer sur ses deux petites jambes, tout cela pour permettre à Sébastian de le déshabiller comme il se doit, pour lui faciliter la tâche tout simplement. Il avait quelques peu reprit du poil de la bête, et peut être que s'occuper un peu des affaires en attente l'aiderait tout simplement à retrouver le sommeil. Le jeune comte ne semblait pas en vouloir à son majordome, il était passé outre les futilités qui avaient faillit rendre la soirée plus désagréable que jamais. Et silencieusement il avait accepté les excuses de ce dernier, même si l'envie de le baffer avait été bel et bien présente, et il aurait put le faire si il ne s'était pas repris en main.

Cependant...Cette fois-ci peut être qu'une autre sorte de lien finirait par apparaître entre eux? C'était la première fois qu'ils se "disputaient" de cette façon et qui sait, peut être que cela aura quelque chose de bénéfique pour eux?

_________________
Hurt you slowly
But so surely
I don't know why
Love you so much

avatar
Ciel Phantomhive

Messages : 165
Date d'inscription : 04/08/2009

Feuille de personnage
Age: 12 ans.
Thème musical: https://www.youtube.com/watch?v=ZZUeMcbrJ3U&NR=1
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intimité d’une chaude soirée. Lieu : Chambre de mon jeune maître [PV : Ciel Phantomhive]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum